Les argumentations énonciatives

  • Marion Carel École des Hautes Études en Sciences Sociales
Palavras-chave: Argumentation, Énonciation, Ton, Attribution.

Resumo

C'est par opposition à la notion de représentation que l'on définit généralenent l'énonciation. Nos énoncés à la fois représenteraient le monde et communiqueraient l'attitude du locuteur vis-à-vis de cette représentation: ce dernier pourrait l'évaluer en termes de vrai et de faux (Frege), la déclarer désirable, menaçante (Bally) , l'utiliser pour ordonner, promettre, présupposer (Austin), ou encore la donner comme la pensée d'un autre (Bally), Ducrot, on le sait, s'est opposé à ce partage et, tout particulièrement, à l'hyppothèse que l'on pourrait isoler, à l'intérieur du sens d'un énoncé, une représentation du monde totalement débarrassée, nettoyée, des appréciations du locuteur (voir par exemple Ducrot (1993)). La Théorie de l'Argumentation dans la Langue puis la Théorie des Blocs Sémantiques (TBS) se sont construites pour donner un sens positif à ce rejet de Ducrot. Ainsi, selon la TBS, les contenus de nos énoncés sont assimilables à des enchaînements argumentatifs.

Downloads

Não há dados estatísticos.

Biografia do Autor

Marion Carel, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Linguista, especialista em semântica, estudos argumentativos e enunciativos. Diretora de Estudos na EHESS, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, França.

Referências

Austin, J. L. (1962) 1970. Quand dire, c’est faire. Traduction de G. Lane. Paris: Seuil.

Bally, Ch. 1944. Linguistique générale et linguistique française. Bern: Francke et Verlag.

Benveniste, E. 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard.

Carel, M. 2011. L’entrelacement argumentatif. Lexique, discours et blocs sémantiques. Paris: Honoré Champion

Carel, M. et O. Ducrot. 2009. Mise au point sur la polyphonie. Langue Française, n. 164, 33-44.

Carel, M. et O. Ducrot. 2014. Pour une analyse argumentative globale du sens. Arena Romanistica, n. 14, 72-88.

Carel, M. et D. Ribard. 2016. Témoigner en poésie. Poétique, n. 179, 39-55.

Cornulier, B. 1995. Art Poëtique. Lyon: Presses Universitaires de Lyon.

Ducrot, O. 1984. Le dire et le dit. Paris: Editions de Minuit.

Ducrot, O. 1993. A quoi sert le concept de modalité? Dittmar N. et Reich A. (éds). Modalité et Acquisition des langues. Berlin: Walter de Gruyters. 111-129.

Frege, G. La pensée. Ecrits logiques et philosophiques. Traduction de Cl. Imbert. Paris: Seuil.

Frenay, A. et M. Carel (à paraître). Périodes argumentatives et complexes discursifs. Studdii de lingvistica.

Heredia, J.-M. (1892) 1981. Les Trophées. Paris: Galimard.

Kida, K. 2016. L’anaphore conceptuelle au prisme de la Théorie des Blocs Sémantiques. Discours, n. 19, mis en ligne le 22 décembre 2016. URL: <http://discours.revues.org/9217>. DOI: 10.4000/discours.9217

Larréguy de Civrieux, M. 1920. La Muse de Sang. Paris: Société Mutuelle d’Edition.

Lescano, A. 2009. Pour une étude du ton. Langue Française, n. 164, 45-60.

Vodoz, J. 2017. Une énonciation "photographique". Le cas d’Aloysius Bertrand. Exposé à la journée d’étude Linguistique et écrit, 3, tenue le 12 juin 2017, à l’EHESS.

Publicado
2018-07-19
Como Citar
Carel, M. (2018). Les argumentations énonciatives. Letrônica, 11(2), 125-143. https://doi.org/10.15448/1984-4301.2018.2.30475